Actualités

Création du RISC

Créé en 2014, le Réseau International de sociologie clinique (RISC) vise à favoriser le développement de la sociologie clinique dans tous les domaines, recherche, intervention, formation, publication, en multipliant les rapports entre chercheurs, étudiants et praticiens, ainsi que les contacts avec d’autres approches.Association à but non lucratif de droit français (loi de 1901), dont le siège est actuellement établi à Paris (France), le RISC rassemble des sociologues et d’autres spécialistes en sciences humaines et sociales (chercheurs et/ou praticiens) donnant une orientation de sociologie clinique à leurs travaux. Il représente et promeut la sociologie clinique dans les différents pays au sein des institutions, des organisations nationales et internationales.

Je suis actuellement le président du conseil d’administration du RISC, qui se compose aussi de Fabienne Hanique (Vice-présidente), Jean-Philippe Bouilloud (Vice-président), Bénédicte Atten (trésorière), Pascal Fugier (secrétaire), Christophe Niewiadomski (secrétaire adjoint) et René Badache (trésorier adjoint).

Plus d’informations sur le site du RISC. Cliquer ici

Animation du groupe d’implication et de recherche « Émotions et histoires d’argent »

J’anime un groupe d’implication et de recherche (GIR) « Emotions et histoire d’argent », en compagnie d’Elvia Taracena, les 22, 23 et 24 juin 2015.

Présentation du séminaire : L’histoire est incorporée. Elle est chargée d’affects. Librement exprimée ou fortement réprimée, l’émotion est une horloge de la subjectivité. Elle colore la trame de nos vies. Le rapport à l’argent illustre ces charges émotives. Il mobilise la subjectivité dans tous ses registres. Il excite le désir, génère l’envie, la honte, la culpabilité, la jouissance, l’ambition, l’ambivalence. Il définit une partie de l’identité dans ses aspects sociaux (être définit comme riche ou pauvre) comme dans sa dimension psychique (avoir une « personnalité riche »). Il sert de support pour classer les individus dans la société. Il est un des fondements de l’estime de soi, des processus de valorisation et de dévalorisation pour soi comme pour les autres.L’argent est un élément déterminant de l’organisation des rapports sociaux. Il est actif dans les relations amoureuses, familiales, professionnelles et sociales tout en restant tabou. Entre refoulement et discrétion, on préfère ne pas en parler. Au cœur du système capitaliste, l’argent joue un rôle central dans nos vies dont les effets sont largement inconscients.

Objectifs : Le séminaire explorera la relation de chacun à l’argent à partir de deux dimensions : le roman familial et la trajectoire économique des participants ; les émotions ressenties dans des situations vécues comme les histoires d’héritages, de vols, de dons, d’achats et/ou de ventes, de faillites, de gains et/ou de pertes marquantes…

Méthodologie : La dynamique des groupes d’implication et de recherche permet un va et vient entre l’éprouvé de chacun dans des situations vécues et l’analyse de processus à partir d’hypothèses élaborées dans le groupe. Différents supports seront proposés pour explorer le rapport à l’argent dans son histoire familiale (arbre généalogique), dans la construction de l’identité (graphe identitaire), dans des situations vécues (sociodrame). L’alternance entre des phases d’expression verbale et non verbale favorisera le travail émotionnel.

Animation : Vincent de Gaulejac (président du réseau international de sociologie clinique. Professeur émérite à l’Université Paris Diderot) et Elvia Taracena (membre fondateur du réseau international de sociologie clinique. Professeur à l’Université Autonome de Mexico).

Publics : Le séminaire s’adresse, à toute personne engagée dans un travail de réflexion sur sa vie personnelle. Il s’adresse également aux professionnels de la relation, travailleurs sociaux, professionnels de la santé, psychologues, psychothérapeutes, consultants, formateurs, coachs et aux acteurs impliqués dans le changement social – animateurs d’associations ou de syndicats, élus locaux, militants, etc.

Lieu : CIFP, salle Bill Grossman, 77 rue des archives, 75003 Paris, Métro République, Temple ou Arts et Métiers, code 1936

Dates : 22, 23 et 24 juin 2015.

Tarifs : Particulier 490 € ; Institution 990 € ; Etudiants et chômeurs : nous contacter

Inscription : Par mail à l’adresse suivante: sociologieclinique.formation@gmail.com ; par courrier, à : ACTIF, 110 ter rue Marcadet, 75018 Paris. Les bulletins d’inscription sont téléchargeables sur le site du RISC. Cliquer ici

Renseignements : contacter SAMANTHA (06.33.40.74.45) ou v.gaulejac@wanadoo.fr

Animation du groupe d’implication et de recherche « Le sujet face au conflit »

J’anime un groupe d’implication et de recherche (GIR) « Le sujet face au conflit », en compagnie de Catherine Besse, les 14, 15, 16 octobre 2015.

Présentation du séminaire : L’individu est le produit d’une histoire dont il cherche à devenir le sujet. Dans cette quête, les conflits sont des moments déterminants face auxquels le sujet peut s’affirmer, se révéler et/ou se déliter, s’effondrer. Entre créativité et destructivité, plaisir et souffrance, exaltation de soi et angoisse de mort, les réactions face aux conflits de l’existence sont multiples. Parfois répétitives, parfois insolites, elles marquent la trame de nos vies. Les conflits seront traités comme des analyseurs de l’existence, des révélateurs des contradictions qui traversent, à un moment donné, une société, un milieu social, une institution, une famille. Une attention particulière sera portée aux rapports entre la conflictualité psychique et la conflictualité sociale, dans le champ du travail et aux évolutions des conflits affectifs au sein de la famille dans les rapports de couple et les relations intergénérationnelles.

Objectifs : Le séminaire aura pour objectif d’explorer la façon dont chacun fait face au conflit, de comprendre les contradictions qui les génèrent, d’analyser les réactions défensives et les mécanismes de dégagement face à des situations conflictuelles répétitives.

Méthodologie : La méthodologie des groupes d’implication et de recherche permettra de travailler dans un va-etvient permanent entre l’exploration des conflits rencontrés dans les histoires de vie des participants (implication) et l’analyse des processus et des enjeux à l’oeuvre (recherche). Des supports seront proposés pour favoriser l’expression verbale et non verbale, l’implication individuelle et groupale, l’exploration de l’histoire personnelle, familiale et sociale, la construction de scénarios et la mise en scène de situations. Des apports théoriques seront proposés sur différents thèmes complétés par des références bibliographiques.

Animation : Vincent de Gaulejac (Professeur émérite à l’Université Paris Diderot, Président du réseau international de sociologie clinique) et Catherine Besse (consultante et psychosociologue, chargée de cours à l’Université Paris Diderot dans le master théories et pratiques de l’intervention clinique dans les organisations).

Publics : Le séminaire s’adresse à toute personne engagée dans un travail de réflexion sur sa vie personnelle. Il s’adresse également aux professionnels de la relation, travailleurs sociaux, professionnels de la santé, médiateurs, psychologues, psychothérapeutes, consultants, formateurs, coachs et aux acteurs impliqués dans le changement social – animateurs d’associations ou de syndicats, élus locaux, militants, etc.

Lieu : CIFP, salle Bill Grossman, 77 rue des archives, 75003 Paris, Métro République, Temple ou Arts et Métiers, code 1936

Dates : 14, 15, 16 octobre 2015.

Tarifs : Particulier 490 € ; Institution 990 € ; Etudiants et chômeurs : nous contacter

Inscription : Par mail à l’adresse suivante: sociologieclinique.formation@gmail.com ; par courrier, à : ACTIF, 110 ter rue Marcadet, 75018 Paris. Les bulletins d’inscription sont téléchargeables sur le site du RISC. Cliquer ici

Renseignements : contacter SAMANTHA (06.33.40.74.45) ou v.gaulejac@wanadoo.fr

Groupe d’implication et de recherche « Que faire face au mal être au travail? »

J’anime un groupe d’implication et de recherche (GIR) « Que faire face au mal être au travail? », en compagnie de Fabienne Hanique, les 1, 2, 3 décembre 2015.Présentation du GIR : Pour quelles raisons le mal-être au travail est-il si profond alors que les conditions de travail se sont plutôt améliorées. Les conditions objectives de travail sont plus confortables alors que les conditions subjectives semblent se dégrader. Comment analyser les mutations à l’oeuvre dans le monde du travail, en particulier dans le secteur public? Comment comprendre l’altération du lien social au sein des entreprises et des institutions, les violences, les inquiétudes et les souffrances que ces changements suscitent? Pour quelles raisons les symptômes du mal-être, comme le stress, les dépressions, les suicides, l’épuisement professionnel, se retrouvent-ils dans des secteurs d’activité très différents? Quelles sont les causes profondes du mal-être au travail ? Pourquoi la colère des travailleurs, face à des mutations qu’ils désapprouvent, n’arrive pas à s’exprimer collectivement dans des mouvements sociaux? Quelles réponses apporter au niveau individuel et collectif ? Que peuvent les professionnels face à ce mal être ?

Objectifs: Analyser et comprendre comment l’ensemble de la société est mis sous pression par la culture de la gestion et les mutations dans l’organisation du travail, pourquoi les critères d’évaluation de l’activité mis en avant par les outils de gestion sont de plus en plus déconnectés de la réalité du travail effectué. Les conséquences psychiques et psychopathologiques de ces évolutions en particulier la dépression, l’épuisement professionnel, le stress et l’hyper activité.Les conséquences organisationnelles et sociales comme la demande de sens, la question du harcèlement, la soif de reconnaissance, l’émergence de paradoxes, la culture de l’urgence. Pourquoi la politique semble aujourd’hui « contaminée » par la gestion ? Le séminaire sera l’occasion de réfléchir collectivement sur les réponses à apporter face à ce phénomène.

Méthodologie : Alternance de phases de réflexion et d’exploration des situations vécues par les participants. Comment chacun est confronté à la souffrance au travail; quelles résistances, individuelles et collectives, quels mécanismes de défense sont mis en oeuvre; quels remèdes peut-on appliquer face à ces souffrances, les siennes et celles des autres. Selon les principes de la sociologie clinique, le séminaire sera animé comme un groupe d’implication et de recherche avec des phases d’expression verbale et non verbale, des exposés théoriques, des travaux de groupes, des sociodrames et des travaux individuels.

Animation : Vincent de Gaulejac (Professeur émérite à l’Université Paris Diderot, Président du Réseau international de sociologie clinique) et Fabienne Hanique (Professeur à l’Université Paris Diderot, Vice-Présidente du Réseau international de sociologie clinique, responsable du Master Théorie et pratique de l’intervention clinique dans les organisations).

Publics : Le séminaire s’adresse à toute personne engagée dans un travail de réflexion sur sa vie personnelle. Il s’adresse également aux professionnels de la relation, travailleurs sociaux, professionnels de la santé, médiateurs, psychologues, psychothérapeutes, consultants, formateurs, coachs et aux acteurs impliqués dans le changement social – animateurs d’associations ou de syndicats, élus locaux, militants, etc.

Lieu : CIFP, salle Bill Grossman, 77 rue des archives, 75003 Paris, Métro République, Temple ou Arts et Métiers, code 1936

Dates : 1, 2, 3 décembre 2015.

Tarifs : Particulier 490 € ; Institution 990 € ; Etudiants et chômeurs : nous contacter

Inscription : Par mail à l’adresse suivante: sociologieclinique.formation@gmail.com ; par courrier, à : ACTIF, 110 ter rue Marcadet, 75018 Paris. Les bulletins d’inscription sont téléchargeables sur le site du RISC. Cliquer ici

Renseignements : contacter SAMANTHA (06.33.40.74.45) ou v.gaulejac@wanadoo.fr

Animation du groupe d’implication et de recherche « Roman amoureux et trajectoire sociale »

J’anime un groupe d’implication et de recherche (GIR) « Roman amoureux et trajectoire sociale », en compagnie de Annie Bacquet, les 27, 28, 29 janvier 2016.

Présentation du GIR : « Si le coeur a des raisons que la raison ne connaît pas, il ignore rarement la raison sociale de celui, ou de celle, pour qui il bat ». Préoccupé de préserver l’idéal d’amour, nous préférons lui conserver son caractère sacré plutôt qu’analyser les processus qui conditionnent nos choix amoureux, nos représentations de la femme, de l’homme, du couple. Le statut de l’amour a profondément changé au cours des générations. En quoi ces mutations influencent-elles notre vie amoureuse ? Comment vivre et comprendre l’amour dans nos sociétés contemporaines ?

Objectifs : Elargir la compréhension des enjeux des rapports amoureux dans les existences individuelles et leurs liens avec les autres sphères de la vie (vie sociale, santé, vie professionnelle, conjugalité, famille…). Le séminaire explore comment se constitue, se construit, s’organise, se transforme notre rapport à l’amour au cour de l’existence ; les sources des conflits affectifs, en particulier quand ils s’inscrivent dans des scénarios répétitifs ; comment se combinent et s’influencent réciproquement les registres affectifs, sexuels, familiaux, culturels et sociaux dans la construction et la déconstruction des liens amoureux ; dans quelle mesure la vie affective est conditionnée par l’histoire des rapports familiaux et leur inscription dans un contexte social.

Méthodologie : Différents supports seront proposés pour explorer le rapport à l’amour dans l’histoire familiale (arbre généalogique), dans la construction de l’identité (ligne de vie), dans la vie du couple. L’alternance entre des phases d’expression verbale et non verbale favorisera le travail d’exploration entre le vécu et l’analyse.

Animation : Vincent de Gaulejac (Président du Réseau International de Sociologie Clinique. Professeur émérite à l’Université Paris Diderot) et Annie Bacquet (responsable de l’axe sociologie clinique au Service de Formation Continue de l’Université de Lille. Formatrice ; psychosociologue clinicienne).

Publics : Les professionnels de la relation, psychologues, psychothérapeutes, travailleurs sociaux, médiateurs, consultants, formateurs, chercheurs en sciences humaines. Toute personne engagée dans un travail de réflexion sur sa vie et sur l’intrication des différentes sphères.

Lieu : CIFP, salle Bill Grossman, 77 rue des archives, 75003 Paris, Métro République, Temple ou Arts et Métiers, code 1936

Dates : 27, 28, 29 janvier 2016.

Tarifs : Particulier 490 € ; Institution 990 € ; Etudiants et chômeurs : nous contacter

Inscription : Par mail à l’adresse suivante: sociologieclinique.formation@gmail.com ; par courrier, à : ACTIF, 110 ter rue Marcadet, 75018 Paris. Les bulletins d’inscription sont téléchargeables sur le site du RISC. Cliquer ici

Renseignements : contacter SAMANTHA (06.33.40.74.45) ou v.gaulejac@wanadoo.fr

Animation du groupe d’implication et de recherche « Envie et Lutte des places »

J’anime un groupe d’implication et de recherche (GIR) « Envie et Lutte des places », en compagnie de Josette Halegoi, les 23, 24, 25 mars 2016.
Présentation du GIR : Dans les sociétés hypermodernes, la lutte des places se substitue à la lutte des classes et la compétition pour accéder à la reconnaissance commence dès l’enfance. Quête et aléas de la réussite, peurs ou douleurs de l’exclusion sont les deux faces de cette lutte. Des événements biographiques ponctuent ce combat pour exister socialement et provoquent des sentiments contradictoires entre amour et haine, honte et fierté, gratification et frustration. Dans ce contexte, le sentiment d’envie est constamment sollicité tout en étant socialement réprouvé. Chaque individu entre, dès son plus jeune âge, dans une compétition permanente pour accéder à la reconnaissance sociale. La lutte des place a trois visages : le visage de la conquête du pouvoir pour ceux qui se battent pour appartenir à l’élite, avec pour corollaire le stress, l’illusion de la toute-puissance, la course à la performance ; le visage des gens « moyens », qui pourraient se satisfaire de ce qu’ils ont, s’ils ne se sentaient menacé de le perdre ; le visage négatif de l’exclusion pour les « sans places », ceux qui n’arrivent pas à s’en faire une, qui l’ont perdue, et tous ceux qui sont socialement définis par un manque. Les figures de l’envie changent selon les positions sociales de chacun.

Objectifs : Le séminaire explorera différentes questions : Comment affronter le sentiment d’envie en soi et face aux autres ? Comment se dégager de la violence qu’il suscite pour l’envieux, comme pour l’envié ? Comment se protéger des ravages qu’il engendre dans la famille, le travail et la vie sociale ? Comment chacun vit et rencontre l’envie face à la lutte des places ?

Méthodologie : La méthodologie des groupes d’implication et de recherche permettra de travailler dans un va-et-vient permanent entre l’exploration des conflits rencontrés dans les histoires de vie des participants (implication) et l’analyse des processus et des enjeux à l’œuvre (recherche). Des supports seront proposés pour favoriser l’expression verbale et non verbale, l’implication individuelle et groupale, l’exploration de l’histoire personnelle, familiale et sociale, la construction de scénarios et la mise en scène de situations. Des apports théoriques seront proposés sur différents thèmes complétés par des références bibliographiques.

Animation : Vincent de Gaulejac (Professeur émérite à l’Université Paris Diderot, Président du RISC) et Josette Halégoi (consultante, directrice de Mimésis, membre du réseau international de sociologie clinique).

Publics : Le séminaire s’adresse, à toute personne engagée dans un travail de réflexion sur sa vie personnelle. Il s’adresse également aux professionnels de la relation, travailleurs sociaux, professionnels de la santé, médiateurs, psychologues, psychothérapeutes, consultants, formateurs, coachs et aux acteurs impliqués dans le changement social – animateurs d’associations ou de syndicats, élus locaux, militants, etc.

Lieu : CIFP, salle Bill Grossman, 77 rue des archives, 75003 Paris, Métro République, Temple ou Arts et Métiers, code 1936

Dates : 23, 24, 25 mars 2016.

Tarifs : Particulier 490 € ; Institution 990 € ; Etudiants et chômeurs : nous contacter

Inscription : Par mail à l’adresse suivante: sociologieclinique.formation@gmail.com ; par courrier, à : ACTIF, 110 ter rue Marcadet, 75018 Paris. Les bulletins d’inscription sont téléchargeables sur le site du RISC. Cliquer ici

Renseignements : contacter SAMANTHA (06.33.40.74.45) ou v.gaulejac@wanadoo.fr

Animation du groupe de recherche et formation « Théâtre et sociologie clinique »

J’anime un groupe de recherche et de formation « Théâtre et sociologie clinique », en compagnie de René Badache et Richard Dethyre, en 2015-2016.
Dix jours :
Présentation : 26 novembre 2015 (René/Richard/Vincent)
Théâtre institutionnel : 12/13 Janvier 2016 (René)
Théâtre et politique : 9/10 Mars 2016 (Richard)
L’organidrame : 8/9 Juin 2016 (Vincent)
Une journée sur les conditions d’application des démarches : 13 septembre 2016
Deux journées intercalaires consacrées à la mise en pratique et à l’accompagnement de projets d’intervention : 11 février, 12 mai 2016

Objectifs : Former dans la perspective de la sociologie clinique à l’utilisation du théâtre dans la recherche, l’intervention et l’action politique ou syndicale. La création théâtrale en groupe à partir de situations vécues permet de développer et mettre en lien :
– un travail réflexif d’analyse de situations conflictuelles dans des situations complexes
– un travail psychique de prise de conscience des enjeux affectifs et émotionnels dans les organisations
– l’élaboration et la mise en œuvre de démarche de changement dans des organisations (institutions, entreprises, associations, ONG…) et dans des réseaux favorisant la mobilisation active des personnes concernées

Contenu : Chaque module est construit à partir d’apports théoriques, de présentation d’outils, d’exercices pratiques et d’études de cas. Les participants seront invités à mettre en application ces apports dans un projet d’intervention sur un terrain de leur choix. La démarche s’effectue dans un va-et-vient permanent entre l’individuel et le collectif, le registre du vécu et celui de l’analyse, le verbal et le non verbal, l’implication et la recherche. Le processus de formation lui-même est porteur de changements à différents niveaux : personnel, groupal et social.

Animation : René Badache (Membre de l’équipe historique du théâtre de l’opprimé (1981/1990), co-fondateur d’Arc en Ciel Théâtre, Sociologue clinicien et psychosociologue. Il intervient régulièrement en milieux ouverts et dans les organisations avec la méthode du Théâtre Institutionnel), Richard Dethyre (sociologue, porte parole du mouvement des chômeurs, coordinateur du forum social des saisonniers, auteur, comédien. En 2012 il crée la troupe de théâtre les Z’entrop) et Vincent de Gaulejac (Professeur émérite à l’Université Paris Diderot, Président du RISC).
Publics : Animateurs sociaux, enseignants, travailleurs sociaux, éducateurs, professionnels de la relation, intervenants, coach, consultants, militants politiques, associatifs et syndicaux, chercheurs en sciences sociales, salariés des Institutions et des entreprises engagés dans des projets de changement.

Lieu : CIFP, salle Bill Grossman, 77 rue des archives, 75003 Paris, Métro République, Temple ou Arts et Métiers, code 1936

Inscription : Par mail à l’adresse suivante: sociologieclinique.formation@gmail.com ; par courrier, à : ACTIF, 110 ter rue Marcadet, 75018 Paris. Les bulletins d’inscription sont téléchargeables sur le site du RISC. Cliquer ici

Renseignements : contacter SAMANTHA (06.33.40.74.45) ou v.gaulejac@wanadoo.fr